mercredi, juin 23, 2021

Presse électronique: Plus de 30 agréments délivrés à présent aux sites d’informations en Algérie

Doit Lire

Face à l’ambiguïté qui règne dans la situation de la presse électronique algérienne qui souffre de multiples obstacles depuis, bon nombre de fondateurs de sites pensent et avancent que la situation  de la presse en ligne en Algérie sera plus claire ou connue, après les élections législatives du 12 juin prochain et la formation du nouveau gouvernement. Wait and see.   

La presse électronique continue d’attendre pour  voir le bout de tunnel en Algérie. Enrigistrant près d’une centaine de dossiers de journaux électroniques qui ont répondu à l’exigence de la loi et des pouvoirs publics concerné, notamment le ministère de la communication, des dizaines de fondateurs de sites continuent de s’interroger sur leurs vie et avenir dans un nouvel environnement que l’on veut prometteur. « On ne sait plus sur quel bateau on nage jusqu’à présent. Il y a presque deux ans qu’on a promis de régulariser la situation de la presse électroniques à commencer par les agréments et l’accompagnement publicitaires, mais, jusqu’à présent, rien n’est claire. On attend depuis deux ans presque. On a nous donné un peu d’espoir pour continuer à exister et etre utiles, mais, malheureusement, l’attente à ses limites », déplore H, F, qui s’exprime sous le sceau de l’anonymat rien que pour éviter les représailles de l’administration concernées et surtout de ceux qui ont un dents contre la transparence dans la gestion des affaires publiques Faisant face à la réticence de l’information concernant le sujet, personne ne peut se prononcer sur l’évolution de la situation de la presse électronique en Algérie, malgré que la tendance politique et économique nationale et internationale vont tous vers le développement du numériques. « Tout se passe de bouches à oreilles ces derniers temps. Dans toutes les situations et quelques soit les agents et les  responsables de service et de département, l’on devrait respecter la chronologie des dépôts des dossiers déposés du moins pour les dossiers complet. Mais, malheureusement, ce n’est pas le cas », déplorent d’autres responsables de sites qui s’expriment sous le sceau de l’anonymat encore pour éviter les représailles. Et pour rappel encore une fois, Algérie62, fait dans la transparence des choses et l’esprit d’engagement moral et médiatique dans l’intérêt général et national. « L’agrément est un document administratif qui doit  faciliter la situation aux journaux électronique et les libérer de toutes pressions et influences administratives et partisane au lieu de se retrouver dans les situations de blocages.  Ce n’est que dans le respect de la loi, la transparence et que l’on doit travailler pour avancer et non pas dans le blocage que l’on peut aller de l’avant. Cela dépend de la compétence et non pas des liens et autres influences mesquines», souligne Mohamed D, journaliste et fondateur d’un site électronique à l’ouest du pays. Le hic dans la situation de la presse en ligne en Algérie, c’est aussi, l’engagement de plusieurs journalistes fondateurs de sites électroniques  qui sont candidats aux prochaines élections législatives du 12 juin 2021. Un autre débat et d’autres interrogations qui s’imposent de faite.  

Amar CHEKAR     

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles